Actualités

Préavis de grève à l’EAMAU : les enseignants réclament leurs droits

Le Collège des Enseignants de l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) a adressé un préavis de suspension des activités pédagogiques à la Direction Générale de l’institution. Dans ce préavis daté du 15 avril 2024, les enseignants dénoncent plusieurs manquements et violations des dispositions statutaires et contractuelles.

Parmi les griefs évoqués, l’absence d’assurance maladie depuis le 31 décembre 2023 et le prélèvement de 5% sur les salaires bruts des enseignants depuis le mois de février 2024, sans accord préalable. Les enseignants estiment que cette retenue viole à la fois leurs contrats de travail et les dispositions statutaires en vigueur.

Face à cette situation, le Collège des Enseignants demande respectueusement à la Direction Générale :

 

-Le remboursement immédiat des montants prélevés sur les salaires ;

-Le remboursement immédiat des dépenses de santé engagées par le personnel enseignant depuis janvier 2024 ;

-L’application des dispositions prévues par les statuts généraux de l’institution et le statut particulier du personnel enseignant.

Si ces revendications ne sont pas satisfaites avant le jeudi 18 avril 2024, le Collège des Enseignants avertit qu’il observera une suspension totale des activités pédagogiques à partir du mercredi 24 avril 2024.

Cette menace de suspension des cours témoigne du mécontentement grandissant des enseignants de l’EAMAU, qui réclament le respect de leurs droits et la prise en compte de leurs préoccupations par la Direction Générale de l’institution.

 

 

 

 

 

 

 

 

COLLEGE DES ENSEIGNANTS PERMANENTS DE L’EAMAU

 

A

Monsieur le Président du Conseil

Scientifique et Pédagogique (CSP)

 

Objet: Situation générale des activités pédagogiques et scientifiques

Monsieur le Président,

Le Collège des Enseignants de I’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de I’Urbanisme (EAMAU), s’adresse à vous pour vous exposer un ensemble de préoccupations majeures qui se posent dans l’Institution.

Sur le plan pédagogique et scientifique, les questions suivantes demeurent non résolues malgré toutes nos sollicitations multiples:

– l’organisation des ateliers dans les villes secondaires sur les problématiques du développement urbain ;

les voyages d’études des étudiants en fin de formation à l’instar de la pratique dans les écoles concurrentes ;

– la mobilité scientifique des enseignants ;

– le financement des laboratoires et des équipes de recherche;

– l’effectif pléthorique dans les salles de classe facteur de baisse de niveau ;

– le retard de paiement des vacations et la démotivation des intervenants externes;

– la suppression des cours de mission des enseignants invités;

l’insuffisance et la vétusté du matériel pédagogique;

la dégradation du bloc pédagogique ;

– l’appauvrissement des fonds documentaires de la bibliothèque ;

la non organisation du grand jury international de diplôme en présentiel depuis 2019;

la non prise en compte effective du statut d’enseignant-chercheur en respect des dispositions statutaires et des orientations du Conseil d’Administration ;

Ces questions récurrentes non résolues ont des effets sur la qualité de L’enseignement et peuvent remettre en cause le statut d’école de référence et de pôle d’excellence de I’EAMAU.

Monsieur le Président,ces enjeux pédagogiques et scientifiques sont aggravés par la gouvernance problématique de l’Institution. Ainsi, nous avons observé les faits suivants:

– la démission du médecin conseil signifiant le mépris et l’arrogance exprimés par l’un des directeurs ;

la démission d’un collègue en 2023 quelques mois après son recrutement;

n

 

 

 

 

– le non-respect des organes statutaires (Conseil d’Etablissement et Conseil Scientifique et Pédagogique) ;

– l’absence d’un plan stratégique de développement;

– le désintérêt de certains états-membres qui réduisent l’effectif des étudiants boursiers;

– la concurrence des nouvelles écoles qui développent des approches attractives;

– la gestion opaque des ressources financières (absence de plan de trésorerie, réduction des dépenses pédagogiques) ;

– l’arrogance de certains directeurs, les menaces, l’intimidation et d’humiliation  permanente du personnel, sources de démotivation;

– le malaise social généralisé, etc.

Monsieur le Président, dans ce contexte, le Collège des Enseignants est vivement préoccupé par la mise en œuvre des résolutions du Conseil d’Administration relatives ..

 

– le malaise social généralisé , etc.

Monsieur le Président, dans ce contexte, le Collège des Enseignants est vivement préoccupé par la mise en œuvre des résolutions du Conseil d’Administration relatives au changement de l’équipe de direction.

Le Conseil d’Administration de Yaoundé de 2022 avait déjà pris des recommandations dans ce sens. Le Conseil d’Administration de Lomé de 2023 a réitéré les dispositions devant permettre de doter l’Institution d’une nouvelle équipe de direction en mesure de faire face aux enjeux de son développement.

Monsieur le Président, le fait que l’EAMAU n’arrive pas à renouveler sa direction est un indicateur majeur de mauvaise gouvernance, un facteur qui décrédibilise notre Institution Panafricaine fondée par 14 pays, depuis bientôt un demi-siècle.

Du point de vue du Collège des Enseignants, il est impératif qu’à la rentrée académique 2024-2025, l’Institution soit pilotée par une nouvelle équipe capable de relever les défis pédagogiques et scientifiques et de mieux répondre aux idéaux des pères fondateurs.

 

Pour le Collège des Enseignants,

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page