Actualités

Togo: Clémence et humanisme pour la libération de Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA

 

Depuis le 18 décembre 2019, Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA, interpellée devant son bébé de 7 mois, au Togo  est détenue sans relâche. Initialement placée au Camp GIPN d’Agoè Logopé, elle a ensuite été transférée à la DCPJ avant d’être déférée à la Justice le 6 janvier 2020. Elle a été accusée par les juges d’avoir participé à une manifestation de contestation du régime et d’appartenir à un groupe Whatsapp « Tigre Révolution ». Toutefois, elle a fermement nié ces accusations depuis le début de son arrestation.

 

Actuellement détenue à la Prison civile de Lomé depuis près de 4 ans, Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA est confrontée à des problèmes de santé préoccupants. Souffrant d’asthme et d’hypertension artérielle mal suivie, elle éprouve des difficultés respiratoires aiguës, particulièrement lors des périodes de forte chaleur. Malgré ses conditions de santé précaires, ses demandes de mise en liberté provisoire afin de recevoir un traitement médical approprié en dehors du milieu carcéral n’ont pas reçu de suite jusqu’à présent.

 

En cette occasion de la Journée africaine de la femme, la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) souhaite interpeller les premiers responsables des organisations de femmes, à savoir le WANEP-Togo, le GF2D, le REFAMP-Togo et WiLDAF-Togo, à se pencher sur le cas de Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA. Il est primordial de considérer la situation précaire de cette femme et de plaider pour sa clémence et son humanisme en vue de sa libération.

 

Au-delà des divergences politiques, il est essentiel de se rappeler que tout individu a droit à un traitement équitable et à une justice juste et impartiale. La santé fragile de Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA exige une attention urgente et une réponse humanitaire. Son maintien en détention dans de telles conditions peut mettre sa vie en danger, ce qui soulève des inquiétudes quant au respect des droits fondamentaux de cette personne.

 

La Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH) en appelle donc à la compassion et à l’empathie de toutes les parties concernées pour qu’une solution bienveillante et juste soit trouvée en faveur de Mme Leyla Mehiouwa NAMBEA-TAGBA. La libération de cette détenue pourrait non seulement préserver sa santé et son bien-être, mais également symboliser un acte de clémence envers ceux qui aspirent à la justice et aux droits humains fondamentaux.

 

Enfin, rappelons que le Togo, en tant que membre de la communauté africaine, a l’opportunité de démontrer son engagement envers les droits de l’homme et les valeurs humanitaires en prenant une décision éclairée et bienveillante dans ce cas.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page