Opinions

Togo : un député ‘buveur de lait’ en prend cher

Togo : Ah les députés, ou l’art de piler de l’eau !

 

Dans cette tribune, le président du Parti des Togolais, Nathaniel Olympio, critique vertement un député qui se glorifie du fait que pendant cinq ans, la population n’a pas été confrontée à la violence physique, insinuant que cela serait une réussite du régime. Nathaniel Olympio réfute cette affirmation et rappelle que les interdictions de manifester et la lassitude momentanée des Togolais pourraient être les vraies raisons de cette absence de violence apparente.

 

Il exhorte les députés à la responsabilité politique et les met en garde contre l’usage de propos blessants envers le peuple. Il souligne que la politique nécessite vérité et respect envers la population pour être noble. Nathaniel Olympio reconnaît le droit à chacun d’avoir son point de vue, mais appelle à éviter de mépriser les citoyens en leur lançant un message du type « Contentez-vous de cela ».

 

Il critique également l’Assemblée nationale pour avoir voté des lois liberticides qui privent les citoyens de leurs droits fondamentaux et de leurs libertés. Il dénonce la violence non seulement physique, mais aussi la violence psychologique résultant de la faim et de la précarité dues à la mauvaise gouvernance du régime. Il souligne que la violence se manifeste également dans l’instrumentalisation des institutions de la République au profit d’un clan et dans la corruption.

 

Nathaniel Olympio exhorte les députés à trouver des arguments respectueux de l’intelligence des citoyens lors de la campagne électorale et à aller au-delà de la simple mise en avant de l’absence de violence et de la paix. Il appelle à un changement nécessaire et à une ambition plus grande pour le Togo et ses citoyens.

 

 

 

 

 

 

 

Togo : Ah les députés, ou l’art de piler de l’eau !

 

 

Quand un député ose déclarer sur les médias, comme pour se glorifier ou pour jeter des fleurs au régime, que « Pendant 5 ans la population n’a pas été menée dans la violence où beaucoup doivent se retrouver en prison ou à l’hôpital », alors il ne fait rien d’autre que de tenter grossièrement de cacher un échec qui lui semble évident, par un écran de fumée inapproprié.

 

N’est-ce pas plutôt les interdictions formelles de manifester et peut-être la lassitude momentanée des Togolais qui leur ont évité la prison ou l’hôpital ces dernières années ? Rappelons au député que bien après le début de leur législature en 2018, des Togolais ont été encore jetés en prison ou envoyer l’hôpital pour leurs opinions.

 

 

Mesdames et Messieurs les députés, dans une législature entière personne ne peut se contenter de cela. Même quand on est désormais dans le douillet confort des ors de la République, il faut éviter de tels propos blessants pour le peuple. La politique, c’est aussi comme la musique. Autant il faut de la précision et le respect des notes pour que la musique soit harmonieuse, autant la politique exige vérité et respect de la population pour être noble.

 

Je respecte le point de vue de chacun sur la lecture d’une situation, surtout dans la considération de vos rangs. Mais en toute sincérité, épargnez-nous de jeter au visage de vos concitoyens que nous sommes, une sorte de « Contentez-vous de cela ».

 

Non, chers « représentants du peuple », on ne peut vous applaudir pour cela et encore moins s’en contenter.

 

L’absence de violence physique ne peut pas être brandie à l’image d’un trophée, comme si l’on faisait une faveur au peuple de ne pas le jeter en prison ou l’envoyer l’hôpital, voire même le tuer, pour ses opinions. La violence, elle n’est pas que physique, et vous le savez. Ce n’est pas uniquement celles qui entraînent la mort ou qui dégradent les corps qu’il faut adresser.

 

La violence, elle est aussi dans la pression psychologique qu’entraînent la faim et la précarité, ce que vit tous les jours une grande majorité de Togolais, à cause de la mauvaise gouvernance du régime. On retrouve cette même violence dans les lois liberticides, que votre Assemblée nationale a votées, quasiment à l’unanimité, et qui privent les citoyens de leurs droits fondamentaux et de leurs libertés. Elle se dissimule aussi dans l’instrumentalisation des institutions de la République au bénéfice d’un clan et se niche dans la corruption. La violence, elle est partout dans la vie des Togolais. Et c’en est trop !

 

Vous entrez bientôt en campagne pour le renouvellement de vos mandats. Un conseil, trouvez d’autres arguments qui respectent l’intelligence des citoyens, que de nous vendre encore l’absence de violence et la paix. C’est le credo des gens qui ont peu d’ambitions pour le Togo et les Togolais.

 

Il faut changer !

 

Gamesu

 

Nathaniel Olympio

 

Président du Parti des Togolais

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page