Politique

Togo : Faure Gnassingbé veut apporter la paix au Soudan oubliant les crises internes

 

 

 

Faure Gnassingbé, le président du Togo, se positionne comme le messager de la paix sur tout le continent en jouant un rôle de médiateur dans les conflits. Cette initiative est une nouvelle illustration de la tradition de médiation et de l’influence diplomatique active du Togo.

 

Actuellement, le Togo organise des consultations entre les parties en conflit au Darfour, qui se déroulent à Lomé les 23 et 24 juillet. Cette initiative a été prise par Faure Gnassingbé lui-même. Les participants à ces pourparlers incluent des politiciens, des activistes politiques, des universitaires et des membres de la société civile.

 

Le ministre togolais des affaires étrangères, Prof Robert Dussey, affirme que cette réunion de Lomé offre aux leaders du Darfour un espace ouvert de dialogue qui pourrait atténuer les effets de la guerre et préserver l’unité de la société.

 

Cependant, certains observateurs critiquent cette posture de Faure Gnassingbé en tant que médiateur international, car ils estiment que le Togo a également des problèmes internes qu’il devrait prioritairement résoudre. Ils suggèrent qu’avant de jouer le rôle de médiateur dans d’autres pays, le président devrait s’attaquer aux crises internes qui affectent le Togo.

 

Malgré les critiques internes, les autorités togolaises restent convaincues que leur expérience passée en matière de médiation leur confère une certaine influence pour contribuer à mettre fin à la guerre au Soudan, bien que le Togo soit géographiquement éloigné de ce conflit.

 

Le conflit au Darfour est particulièrement préoccupant, avec des affrontements entre les paramilitaires du général Mohammad Hamdane Dagalo et l’armée régulière du général Abdel Fattah al-Burhane. Ces combats ont déjà entraîné la mort de plus de 3 000 personnes au cours des quatre derniers mois. Les exactions commises par les deux camps sont nombreuses, provoquant le déplacement de près de trois millions de Soudanais, dont plus de 600 000 ont fui à l’étranger.

 

La réunion de Lomé, selon le Togo, ne remet pas en cause les discussions de paix menées actuellement par l’Arabie saoudite, les États-Unis et les Nations Unies pour résoudre le conflit au Soudan.

 

En somme, Faure Gnassingbé s’efforce d’être un médiateur de la paix sur le continent en s’impliquant dans la résolution des conflits, mais cette position est confrontée à des critiques internes qui estiment que des problèmes nationaux devraient être résolus en priorité. Le déroulement des pourparlers au Darfour marque une nouvelle étape dans l’engagement diplomatique du Togo en faveur de la paix régionale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page