International

Homosexualité : la grande décision des chefs traditionnels

 

 

Le débat sur l’acceptation de l’homosexualité au Ghana a été relancé par une déclaration des chefs traditionnels, qui considèrent cette pratique comme étrangère et abominable. La Chambre Nationale des Chefs (CNC) a exprimé son opposition aux discours et activités des personnes LGBTQI+ lors de son Assemblée générale le 13 juillet 2023 à Kumasi.

Le président de la CNC, Ogyeahoho Yaw Gyebi II, a déclaré que l’homosexualité est contraire aux valeurs et traditions culturelles du Ghana, car Dieu a créé l’homme et la femme pour peupler la terre et procréer. Il a ajouté que la Bible, le Coran et les traditions et coutumes du Ghana confirment cette position.

Les chefs traditionnels ont donc décidé de ne pas permettre la propagation de l’homosexualité au Ghana. Ils ont également appelé la police et les autres institutions compétentes à ne pas autoriser cette pratique dans le pays.

Le ministre de la Chefferie et des Affaires religieuses, Stephen Asamoah Boateng, a également exprimé son opposition à l’homosexualité, qu’il considère comme étrangère au Ghana. Il a promis que son ministère fera tout pour protéger les traditions du pays.

La Chambre Nationale des Chefs est une institution importante pour assurer la paix et l’unité entre les Ghanéens. Elle a été créée en 1969 et exerce des fonctions de recherche, judiciaires, administratives, financières et consultatives auprès des chefs du Ghana.

Il convient de noter que le Ghana n’a pas encore de législation spécifique sur les LGBTQ+. Cependant, les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont criminalisées en vertu de l’article 104 (1) (b) de la loi sur les infractions pénales de 1960, qui prévoit une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans pour les « relations charnelles contre nature ».

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page