Actualités

Hôpitaux publics au Togo : les vérités crues de Ferdinand Ayité

Dans son opinion, Ferdinand Ayité exprime son mécontentement face au fait que la France accorde un prêt de 70 milliards de FCFA pour la réhabilitation des hôpitaux publics au Togo. Il critique le fait que les contrats sont généralement attribués à des entreprises françaises et que la majorité des fonds reviennent à l’étranger. Il souligne l’ironie du fait que même la réhabilitation de la morgue de Kara, ville d’origine du président Faure Gnassingbé, a été réalisée par la coopération française. Ayité dénonce l’infantilisation de l’Afrique dans de telles situations.

 

Il suggère que si le Togo luttait véritablement contre la corruption, il trouverait facilement les fonds nécessaires dans les poches des personnes corrompues. Au lieu de cela, le pays préfère contracter des dettes auprès de la France, qui seront finalement payées par les contribuables. Il critique également le fait que des ministres du régime se présentent comme des panafricanistes alors que le pays dépend de l’ancienne métropole pour la réhabilitation de ses hôpitaux.

 

Ayité souligne l’état délabré des hôpitaux publics au Togo, à l’exception de ceux soutenus par des institutions religieuses et étrangères. Il critique le manque de vision des dirigeants africains et exprime sa honte que la France soit responsable de la réhabilitation des hôpitaux en 2023. Il conclut en affirmant que l’Afrique est parfois son propre problème et que cela est regrettable.

Ferdinand Ayité: Opinion

 

Nous sommes en 2023, plus de 63 ans après les indépendances, c’est la France qui vient encore faire un prêt de 70  milliards de FCFA pour réhabiliter les hôpitaux  publics.

 

Et comme toujours  ces genres d’accord suivent  le processus  classique à savoir que l’entreprise Ellipse Project chargée d’exécuter les travaux  est française,  les ingénieurs  viendront de l’extérieur et au bout du compte 60% de ce financement  repartira à  l’extérieur.

Il y a quelques  années  c’est la coopération  française  qui a réhabilité  la morgue de Kara,  la ville originaire de Faure Gnassingbé. Même nos morts ce sont les blancs qui nous aident à  les conserver. Voilà comment  l’infantilisation de l’Afrique  continue.

 

Au Togo si on lance une lutte sans merci contre la corruption,  on trouvera facilement  ces 70 milliards dans les poches de quelques  barons. On préfère  aller faire un prêt auprès de la France que les contribuables vont payer après. Pendant  qu’on sollicite la France pour réhabiliter les hôpitaux  publics, des ministres  de ce même régime  sont devenus des panafricanistes chevronnés.

 

Pendant  qu’on mobilise des centaines de millions pour engloutir dans un sommet bidon sur le panafricaniste, on se précipite  auprès de l’ancienne  métropole pour prendre  des dettes pour réhabiliter  les hôpitaux.

 

Au Togo les hôpitaux publics  sont dans un état délabré.  Si on exclut le travail  énorme des églises à  travers leurs structures  à  savoir hôpitaux d’Afagnan( catholique) Agou-Nyogbo ( presbyterien) , Mango (américain), Elavagnon ( Ordre de Malte) Datcha ( catholique  religieuse), Glei ( Adventiste ophtalmologie) , Tsiko ( Baptiste mission ABWE) Timbou ( Allemand); le reste du territoire  est un désert médical.  Et pourtant ce pays regorge des ressources  inimaginables. A croire qu’en Afrique  être Président  pour certains  c’est aller à  des conférences,  marcher  sur le tapis rouge avec une horde de militaires  armées jusqu’aux dents avec des lunettes  noires. Aucune vision. Si en 2023 c’est la France  qui vient réhabiliter  nos hôpitaux il y a de quoi avoir honte.  Le problème  de l’Afrique  c’est parfois nous-même.  C’est bien dommage.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page