Actualités

Promesses de Faure à  la Zaap d’Anyron : Habia dénonce une « démagogie propagandiste »

 

 

 

Le 25 juin dernier, le chef de l’État, Faure Gnassingbé a effectué une visite dans l’Avé, plus précisément chez les producteurs de la Zone d’aménagement agricole planifié (ZAAP) d’Anyron. Il s’agit pour le président togolais, de revoir la manière pour son gouvernement d’investir et de gérer ce secteur agricole afin que les objectifs fixés, soient atteints. Une « démagogie propagandiste », d’après l’ancien député Nicodème Ayao Habia, président du parti Les Démocrates, parti de l’opposition.

 

 

L e dimanche dernier, 25 juin 2023, le chef de l’État Faure Gnassingbé a échangé avec les agriculteurs opérant sur le site de la ZAAP d’Anyron en leur faisant part de sa vision de promouvoir une ZAAP d’excellence au Togo. « Nous faisons des efforts depuis des années mais les résultats ne sont toujours pas au rendez-vous », a déclaré le président avant de souligner que son gouvernement n’a pas la prétention d’avoir des solutions à tous les problèmes. « Ma présence ici, c’est de vous écouter et de noter les difficultés éventuelles rencontrées et surtout de faire mieux l’année prochaine », conclut-il. « Des propos qui sonnent bien. Mais la sortie de Faure Gnassingbé vers les producteurs de la ZAAP est une démagogie propagandiste à l’allure des élections en vue », constate l’opposant, Nicodème Habia. Dans un communiqué rendu public le 03 juillet 2023 et dont notre rédaction a copie, le président du parti Les Démocrates a tenu à informer les Togolais que ce projet est celui des Allemands dans l’Avé pour aider la ZAAP depuis un long moment. « Et pourquoi c’est maintenant que le chef de l’État veut s’en occuper ? », s’interroge-t-il, tout en rappelant dans la foulée que le Togo est un pays essentiellement agricole. « Cependant, combien d’agriculteurs bénéficient aujourd’hui d’aide du gouvernement depuis son père jusqu’à lui ? » se demande Habia Nicodème qui reconnait au moins qu’au temps d’Eyadema, père du président Faure, le prix des denrées alimentaires était à la portée du citoyen lambda. « Actuellement, le bol du maïs tangue entre 800 et 1000 FCFA. Entre-temps, ce prix était à 1200 FCFA le bol.

Aucune politique de conservation des produits, de contrôle des prix agricoles. Récemment, les producteurs de soja ont manifesté leur ras-le-bol devant la direction générale des acheteurs. À Agomé-Glozou, village-Est frontalier du Togo avec le Bénin, le projet de riziculture bat en brèche : les tracteurs sont abandonnés dans les chantiers pour les deux zones agricoles, et les paysans condamnés à euxmêmes. Sauf quelques rares agriculteurs, des courageux s’endettent avant de risquer le métier de la terre ». Ainsi peint le secteur agricole togolais par Nicodème Ayao Habia. « Pire, poursuit-il, l’agriculteur togolais, bien qu’ayant fourni des efforts musculaires pour peu de rendement, se retrouve face à la triste réalité d’être victime de famine avec sa famille, parce que des étrangers viennent acheter les produits à vil prix ». Cette situation qui attriste le président Habia, le conforte également dans sa thèse que « les déplacements de Faure Gnassingbé vers les zones dites agricoles au motif de promouvoir l’agriculture », ne sont qu’« une propagande électoraliste ». Il en appelle à l’éveil du peuple.

LA MANCHETTE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page