Politique

Togo/ Elections régionales : comprendre ce qui se joue

Le Togo se prépare pour des régionales. Une première depuis l’avènement du processus de décentralisation entamée depuis plusieurs années déjà. Depuis quelques mois, nous vous proposons une série d’articles sur ces élections, le rôle des conseillers municipaux, la mission et le fonctionnement du Conseil Régional.

 

 

 

« La République Togolaise est organisée en collectivités territoriales sur la base du principe de décentralisation, dans le respect de l’unité nationale. Ces collectivités territoriales sont : les communes et les régions », indique l’article 141 de la Constitution togolaise. L’organisation prochaine des élections régionales au Togo n’est que la résultante ou mieux l’aboutissement du processus de décentralisation. De ce fait, et conformément à la loi, les collectivités territoriales vont s’administrer librement par des Conseils élus au suffrage universel, dans les conditions prévues à cet effet. Ainsi, les conseillers régionaux ne pourront être élus que lors des élections régionales. Ils ont pour mandat d’administrer leur région et sont élus pour un mandat de six (06) ans, renouvelable deux fois. Le Togo a fait l’option de la décentralisation à deux niveaux, c’est-à-dire les communes et la région. Ceux qui ont la charge de ces deux entités ne sont pas élus de la même manière. Ainsi, les élections locales permettent d’élire les conseillers municipaux, chargés de développer les communes, et les conseillers régionaux, à un niveau plus élevé, chargés eux de la région. La seule chose qui est commune aux deux élections, notamment locales et régionales, c’est que ces deux élections ont une même base, les préfectures constituant les circonscriptions électorales.

 

 

L’aboutissement de ces élections va enfin permettre au pays de disposer d’un organigramme gouvernemental assez complet avec la mise en place d’un Sénat. Cela devrait, selon des analystes, éviter la concentration du pouvoir aux seules mains de l’administration centrale, obligée désormais de céder une bonne parcelle de ses pouvoirs à la base.

 

 

LA NOUVELLE TRIBUNE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page