International

Sortie de Macky Sall : une décision saluée au Sénégal et à l’international

Dans un article, Jeune Afrique souligne que des dizaines de partisans se sont rassemblés devant les grilles du palais présidentiel le soir du 3 juillet. Macky Sall venait de prononcer son discours à la nation dans lequel il annonçait qu’il ne participerait pas à l’élection présidentielle du 25 février 2024. Avec un sourire aux lèvres, le chef de l’État s’est dirigé vers les portes du palais où il a été acclamé et félicité par ses sympathisants. Plus tard, des images le montrent toujours aussi souriant sur le seuil de sa résidence dans le quartier résidentiel de Mermoz, tandis que la foule réunie devant sa maison s’écrie : « C’est toi que nous voulons ! » Macky Sall agite la main et rentre chez lui.

 

« Contrairement aux rumeurs qui circulaient sur mes ambitions présidentielles, je tiens à dire que j’ai une claire conscience et une mémoire de ce que j’ai dit, écrit et répété ici et ailleurs. Mon mandat de 2019 était mon second et dernier mandat », avait-il affirmé quelques heures plus tôt. « J’ai un code d’honneur et un sens de la responsabilité historique qui m’obligent à préserver ma dignité et ma parole. »

 

Cette déclaration a été saluée au Sénégal et au-delà. Depuis lundi soir, les messages de soutien affluent. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a salué la décision sage et salutaire de Macky Sall de ne pas se présenter à l’élection de 2024, le qualifiant de grand homme d’État. Le président nigérien, Mohamed Bazoum, a également salué cette annonce en exprimant le vœu que cette décision réfléchie apaise définitivement le climat politique dans ce pays frère. Umaro Sissoco Embaló, le président de la Guinée-Bissau, a qualifié cette décision de courageuse, ajoutant qu’il était difficile de remplacer Macky Sall.

 

L’ancien président nigérien, Mahamadou Issoufou, a souligné que le président Macky Sall avait fait preuve d’une grande intelligence politique. « Ainsi, le Sénégal reste l’un des porte-flambeaux dont la flamme éclaire notre continent », a-t-il déclaré. Les réactions ont également afflué des chancelleries occidentales, qui s’étaient déjà prononcées plus ou moins publiquement contre la perspective d’un troisième mandat. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a exprimé sa profonde estime pour Macky Sall. Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a commenté en disant que la déclaration claire du président Sall était un exemple pour la région, contrairement à ceux qui cherchent à éroder le respect des principes démocratiques, y compris la limitation des mandats. La France a ajouté que le Sénégal démontrait une fois de plus la solidité de sa longue tradition démocratique, faisant référence à la récente conversation entre Emmanuel Macron et Macky Sall sur le sujet du troisième mandat, au cours de laquelle les deux hommes avaient évoqué la possibilité d’une reconversion dans des organisations telles que l’ONU ou le G20 si Macky Sall ne se présentait pas.

 

Au Sénégal, les adversaires de Macky Sall et les opposants à un troisième mandat ont exprimé leur soulagement. Le militant des droits humains Alioune Tine a qualifié cette décision de « délivrance ». L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye a déclaré : « Je dois avouer une grande émotion. Ce discours me permet de retrouver une grande partie du Macky Sall d’avril 2012. » L’ancienne Première ministre Aminata Touré, qui a rompu avec la majorité en septembre dernier, a souligné que « mieux vaut tard que jamais ». Elle a insisté sur le fait que la Constitution ne permettait pas à Macky Sall de se présenter pour un troisième mandat et a invité les Sénégalais à se mobiliser pour ne pas laisser le président décider qui peut participer à l’élection présidentielle.

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page