Faits divers

Togo : Gogoligo prend une importante décision

Une bonne nouvelle attend VOKLIA alors que l’artiste togolais pourrait retrouver sa liberté suite à la demande du plaignant, qui n’est autre que N’TSULEY Mawulikplimi Komi, connu sous le nom de Gogoligo.

 

Dans un geste de solidarité et de coexistence prôné par les plus hautes autorités du Togo, l’humoriste décide d’abandonner la procédure judiciaire contre VOKLIA.

 

Dans une lettre adressée au Procureur de la République en date du vendredi 30 juin 2023, la star de l’humour, également parlementaire du rire, demande le retrait de sa plainte déposée contre AYIH Jules alias VOKLIA JOKES.

 

Ce revirement de l’humoriste et homme politique s’explique par sa clémence, sa volonté de résoudre pacifiquement ce différend et la nécessité de « renforcer la solidarité et la coexistence chères aux dirigeants du pays ».

 

Selon la lettre dont une copie a été transmise à la rédaction du Journal, Grand Reporter International, cette décision a été mûrement réfléchie et est le fruit des conseils de proches et de certaines autorités.

 

 » Monsieur le Procureur de la République, je me permets de vous informer de ma décision de retirer la plainte que j’ai déposée auprès du 3e substitut à l’encontre de AYIH Jules ALIAS VOKLIA JOKES.

 

Après mûre réflexion et suite aux conseils de proches et de certaines autorités, j’ai conclu que faire preuve de clémence et trouver une résolution pacifique à notre différend est l’une des meilleures options. Je tiens à souligner que la médiation ou la négociation pour résoudre nos différends permettra de consolider la solidarité et la coexistence qui sont des souhaits chers aux dirigeants de notre pays. Je vous prie donc de prendre acte de ma décision de retirer la plainte que j’ai déposée. Je demande également que les procédures judiciaires en cours soient abandonnées et que ce dossier soit clos « , peut-on lire.

 

Gogoligo exprime sa gratitude envers les autorités administratives et politiques, ainsi qu’envers ses fans qui l’ont soutenu et réconforté face à ce qu’il qualifie d' »attaque injuste et de diffamation publique ».

 

Les faits

 

Sur l’instigation de « personnes tapies dans l’ombre », Voklia a diffusé et commenté des vidéos diffamatoires à l’encontre de la star de l’humour, Gogoligo. Ce dernier a d’abord demandé à son compatriote de supprimer ces vidéos et de faire un démenti, mais toutes les tentatives ont échoué en raison du refus de Voklia. C’est ainsi que l’affaire a été portée devant le 3e substitut du Procureur de la République. Incapable de fournir des preuves de ses allégations, Voklia a été placé en détention à la prison civile de Lomé.

 

Après cette démarche de règlement à l’amiable menée par celui qui est également surnommé « 12#21 », il pourrait recouvrer sa liberté. La décision finale appartient au ministère public.

 

Il convient de rappeler que la loi togolaise punit les auteurs de vidéos, d’images et de messages diffamatoires, ainsi que ceux qui les relaient sur les réseaux sociaux. Toute diffamation ou diffusion de fausses informations reste donc passible de sanctions pénales.

 

Selon l’article 291 du code pénal : « La publication directe ou par voie de reproduction d’une allégation ou imputation qualifiée de diffamation est punie d’une peine d’emprisonnement d’un (1) à six (6) mois avec sursis et d’une amende de cinq cent mille (500 000) à deux millions (2 000 000) de francs CFA ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page