Politique

Togo : les dessous de la crise à Unir,  Gnakadé, fer de lance !

Surprise ? Oui c’en est véritablement une, surtout venant du parti au pouvoir et de ses ailes marchandes qui savent mieux gérer les dissensions politiques internes, loin des regards indiscrets. Mais depuis le 16 juin 2023, le code semble être brisé et les choses tournent dans le sens contraire de ce qui est généralement connu du parti UNIR. Pis, vu la dimension des personnalités citées dans une affaire de désamour qui inonde médias et réseaux sociaux, c’est alors clair que rien n’est éternellement figé.

 

 

 

Il donnait, il y a quelques jours, l’impression de s’apitoyer sur le sort de l’opposition, à cause des multiples crises politiques qui déchirent certains partis comme l’UFC, le CAR et la Coalition DMK, dont la dissente s’appelle aujourd’hui la DMP. Bref, le ministre de l’Environnement, Foli-Bazi Katari, cadre du parti présidentiel, parti UNIR, souhaitait, si et seulement s’il était sincère, une opposition soudée et forte face au parti au pouvoir. « S’il y a un parti qui est préoccupé par la situation actuelle que traversent les formations de l’opposition, c’est bien UNIR. Le chef de l’État a toujours dit qu’on ne peut pas danser et s’apprécier. Et donc, il a toujours voulu avoir en face une opposition forte. Mais hélas… », a-t-il déclaré. « Raillerie », c’est bien ce que pensent certains de la sortie du ministre sur l’opposition. Or, il est dit : « celui qui n’a pas traversé l’autre rive, ne doit pas se moquer de celui qui se noie ». Ainsi, le ministre Foli-Bazi doit l’apprendre à ses dépens. Car UNIR goutte aussi à une crise. Estce pour longtemps ? Nul ne saurait le dire avec précisions, mais ce qui est constant, c’est que le parti UNIR passe près d’une zone de turbulence qui pourrait lui plonger dans d’énormes difficultés. En vérité, présidente d’un mouvement politique qui soutient UNIR, le parti au pouvoir, Mme Essossimna Gnakadè, la ministre déchue des Armées, tente par son mouvement de s’affranchir désormais du parti, voire de le soustraire de la vie politique pour ne devenir qu’une association à but social et vite, elle rencontre des ennuis : « Depuis l’annonce de la mutation de notre mouvement politique en une association purement à but social, il nous a été donné de constater des agissements du Secrétaire Exécutif du parti UNIR visant à nous déstabiliser », lit-on dans un communiqué circulant sur les réseaux sociaux et signé au nom de l’ex ministre Gnakadè.

Communiqué repris par plusieurs médias sans que nul n’a pour l’heure, démenti sa teneur. Aussi a-t-elle informé l’opinion que depuis quelques semaines, certains membres du mouvement, notamment les responsables font l’objet de convocations successives et par des menaces dans l’optique de participer au projet de destitution de sa personne à la tête du mouvement ainsi que tous nos organes de gouvernance. « Nous condamnons ces méthodes de pression exercées à l’encontre de nos membres par le Secrétaire Exécutif du parti UNIR. Nous contestons vivement les nombreuses allégations mensongères proférées par ce dernier », écrit-elle avant de conclure sur ces mots : « Dans un premier temps, nous vous réaffirmons que JSFDT n’est aucunement sa propriété privée, secundo, nous le défions d’apporter les preuves relatives au financement de nos activités et de notre fonctionnement quotidien. Pour finir, nous invitons le Secrétaire Exécutif du parti UNIR à canaliser plutôt toute son énergie dans la mobilisation de sa base ». Au sein du mouvement Jeunes Sans Frontières pour le Développement du Togo (JSFDT), c’est plutôt la ministre Gnakadè et ses soutiens qui sont accusés par d’autres membres de vouloir transformer le JSFDT non pas en un mouvement social, mais plutôt à un parti de l’opposition. Conséquence, à la suite d’une Assemblée générale extraordinaire tenue le 16 juin 2023 à Lomé, il a été décidé d’exclure l’ancienne ministre des Armées et de ses soutiens du JSFDT pour manquement grave aux dispositions de l’article 4 des statuts du mouvement, notamment la violation flagrante des valeurs et idées du parti UNIR et le renouvellement de toutes les instances dirigeantes du mouvement.

Par ailleurs, le JSFDT annonce d’œuvrer immédiatement aux côtés du Grand parti UNIR en vue des prochaines élections. De tous ces constats, s’agit-il des prémisses d’une crise qui va embraser toute la maison bleue UNIR, ou ce n’est qu’une tempête dans un verre d’eau ? L’interrogation demeure. Mais en décidant de la mutation du mouvement politique, soutien du parti au pouvoir, en une association purement à but social, puis du changement de couleurs du siège du mouvement, précédemment aux couleurs du parti UNIR, l’on doit au moins comprendre quelque chose. Connu pour un parti qui sait gérer ses guéguerres loin du bruit et des micros et caméras indiscrets, le facteur réseaux sociaux qui donne aujourd’hui la possibilité à tous, de dire haut et fort ce qu’ils pensent, contribue-t-il à casser les codes au sein de UNIR ? Exclue à grand fracas, Mme Gnakadè saura-t-elle se terrer, se taire et se résigner face à ce que d’aucuns qualifieraient d’affront ? Quelle peut être désormais son attitude au sein du parti UNIR, vu que ses relations tendues avec le SG de UNIR sont désormais connues ? Voilà autant d’interrogations qui pourraient promettre l’épisode 2 de ce qui vient d’être commencé. Car, cité dans le communiqué de la ministre Gnakadè, le Secrétaire Exécutif du parti UNIR n’a pas encore réagi. Le ferat-il plus tard ? Rien n’est exclu. Car, « les idées possibles sont vraies et les idées impossibles sont fausses », disait Leibniz.

 

 

LA MANCHETTE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page