Politique

Tempête à UNIR : Tanti Magui, une arête dans la gorge du parti bleu

 

« Quand ils sont venus chercher les communistes ; je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit ; Je n’étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n’ai rien dit ; Je n’étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n’ai rien dit; Je n’étais pas catholique. Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait plus personne pour protester. », a écrit le Pasteur Martin Niemöller à Dachau en 1942.

 

Nuremberg cadre avec la situation vécue par les Togolais sous le RPT. L’éclairci avec le fils s’est vite refermé. UNIR a repris les mêmes habitudes de son géniteur. Pendant des décennies, les Togolaises et les Togolais sont restés des bêtes de somme pour le père et pour le fils sans que personne ne lève le doigt à cause de la peur. Des compatriotes sont morts, d’autres ont disparu comme l’avait révélé DAHUKU PERE. Il a payé cher pour son audace. Nos prisons sont pleines de compatriotes innocents dont le seul crime est d’avoir dit «trop, c’est trop». Et les massacres ont atteint la Cour du Roi.

PERE et Agbéyomé sont les premiers à donner l’alerte en mars 2002. Ils ont été vite massacrés. Toutefois des compatriotes ont vaincu leur peur pour oser s’opposer à la toute-puissance du RPT/UNIR en payant le lourd tribut. Mais aussi puissants que soient nos rois, ils ne peuvent pas éternellement s’opposer à la pensée humaine. Et, il y a eu Marguerite GNAKADE Gnassingbe affectueusement surnommée Tanti Magui. Une femme pas comme les autres. Une femme de caractère qui sait dire non à l’insupportable. Très proche du prince, elle est aujourd’hui dans le cyclone et dans le rouleau compresseur d’un système qu’elle a aidé à consolider à sa façon. Pour une association qu’elle-même a créée, elle est attaquée, vilipendée et humiliée. Mais Tanti Magui n’est pas n’importe qui. C’est un gros morceau à croquer. Un seul mot d’elle pour que le royaume s’écroule. UNIR est averti.

 

 

LA DEPECHE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page