Actualités

Togo : la DMP ne lâche pas Faure Gnassingbé sur la question des détenus politiques

 

 

La Dynamique pour la Majorité du Peuple (DMP) a réagi à la décision rendue le 7 juin 2023 par la Cour de justice de la CEDEAO, qui ordonne à l’État togolais de libérer immédiatement et sans condition dix détenus politiques arrêtés dans l’affaire Tigre révolution. La DMP salue cette décision et souligne l’importance de lutter contre l’arbitraire et de défendre les droits de l’homme, même en présence de juridictions nationales. La DMP exprime également sa satisfaction envers l’ASVITO, les organisations internationales de droits de l’homme et les avocats impliqués dans cette victoire du droit sur l’arbitraire.

 

La DMP rappelle que la libération de tous les détenus politiques et le retour des exilés sont deux conditions politiques essentielles sur lesquelles elle s’est engagée à travailler, en plus de garantir la transparence et l’inclusivité des élections à venir dans le pays.

 

Face à cette décision de la Cour de Justice de la CEDEAO, la DMP exhorte le régime en place à saisir cette opportunité pour libérer les détenus politiques concernés. Elle appelle également à l’extension de cette libération à tous les détenus politiques dans les prisons du Togo, y compris Jean Paul OMOULOU. Ces libérations, qui s’ajoutent à celle récente de Rekyéta DJAGOUNDI, compatriote de la DMP, seront accueillies favorablement par les Togolais.

 

La DMP met en garde contre les conséquences tragiques de la non-libération des détenus politiques. Elle rappelle le récent décès de BAMOIBE Kossi, survenu faute de soins adéquats au cabanon le mardi 6 juin. Afin d’éviter de nouvelles tragédies, la DMP insiste sur la nécessité d’agir rapidement en libérant ces détenus politiques.

 

En conclusion, la DMP souligne l’importance de respecter les décisions de la Cour de Justice de la CEDEAO et exhorte le régime togolais à prendre des mesures immédiates pour la libération des détenus politiques, témoignant ainsi de sa volonté de favoriser l’apaisement dans le pays. La DMP continuera à œuvrer en faveur des conditions de transparence, d’inclusivité et de respect des droits de l’homme dans le cadre des prochaines élections à venir au Togo.

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE LA DYNAMIQUE POUR LA MAJORITE DU PEUPLE Suite à la décision de la Cour de Justice de la CEDEAO, il devient impératif de libérer tous les détenus politiques au Togo

 

 

La Dynamique pour la Majorité du Peuple (DMP) a été informée de la décision rendue le 7 juin 2023 par la Cour de justice de la CEDEAO, ordonnant à l9Etat togolais « de procéder immédiatement et sans condition » à la libération de 10 détenus politiques arrêtés dans l9affaire Tigre révolution. Il a également été ordonné à l9Etat de procéder à des investigations sur les actes de tortures dont ces détenus ont été victimes afin que les présumés auteurs soient poursuivis et punis conformément à la législation en vigueur.

 

 

La DMP se réjouit de ce que cette juridiction communautaire ait encore une fois dit le droit conformément à sa mission, et donne l9espoir aux peuples de la sous-région et du Togo qu9il est possible de vaincre l9arbitraire partout où les droits de l9homme sont menacés, malgré l9existence de juridictions nationales. La DMP félicite l9ASVITO, les organisations internationales de Droits de l9Homme ainsi que les avocats, maîtres Raphaël Nyama KPANDE-ADJARE et Elom Koffi KPADE qui ont rendu possible cette victoire du droit sur l9arbitraire.

 

La DMP rappelle que l9exigence de la libération de tous les détenus politiques ainsi que le retour des exilés constitue les deux conditions politiques à la satisfaction desquels elle s9est engagée à travailler en plus des conditions de transparence et d9inclusivité des élections avant la tenue des prochaines élections en préparation dans notre pays.

 

 

La DMP exhorte le régime en place à saisir l9opportunité de cet arrêt de la Cour de Justice de la CEDEAO pour libérer les détenus concernés et comme gage de sa volonté d9aller vers l9apaisement, étendre cette libération à l9ensemble des détenus politiques dans les prisons du Togo, notamment, Jean Paul OMOULOU. Ces libérations s9ajoutant à celle récente de notre compatriote Rekyéta DJAGOUNDI ne peuvent qu9être appréciées par les togolais.

 

 

La libération des détenus politiques doit intervenir avant qu9il ne soit trop tard comme cela a été le cas pour bon nombre d9entre eux et tout récemment pour BAMOIBE Kossi, décédé le mardi 6 juin au cabanon, faute de soins adéquats

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page