Politique

Togo: La CENI lâche  la proie pour l’ombre

 

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a récemment pris une décision controversée en excluant deux opérateurs de saisie de l’opération de recensement qui se déroulera prochainement dans la zone 3. Cette information a été communiquée dans un communiqué publié par l’organe en charge des élections au Togo le 1er juin dernier.

Les opérateurs exclus sont EHLO Kodjovi Alain (OP5573) et CAPITAN Essowaza Israël (OP2550), qui étaient affectés en binôme à la CELI Blitta pour la zone 2 et à la CELI de Binah pour la zone 3.

 

Selon le communiqué, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Dago YABRE, a déclaré que ces opérateurs ont été exclus du processus de recensement électoral dans la zone 3 en raison d’une faute professionnelle doublée d’insubordination.

 

Le communiqué indique également que le président de la sous-commission des opérations électorales, le Coordonnateur National du Centre de Traitement des Données (CNTD) et le Président de la CELI Binah sont chargés de l’exécution de cette décision, qui sera publiée partout où nécessaire.

 

Cependant, cette décision de la CENI soulève des questions quant à ses priorités et à ses actions. Au lieu de se concentrer sur les véritables problèmes liés au processus électoral, il semble que la CENI se livre à des mesures de diversion en excluant des opérateurs de saisie pour des raisons discutables.

 

Il est crucial de souligner que la transparence et l’intégrité du processus électoral sont essentielles pour garantir des élections libres et équitables. La CENI devrait plutôt se concentrer sur la mise en place de mesures efficaces pour prévenir les fraudes, assurer une représentation juste et équitable, et garantir que tous les citoyens puissent exercer leur droit de vote sans entrave.

 

En excluant des opérateurs de saisie, la CENI risque de compromettre la confiance des électeurs dans le processus électoral. Il est essentiel que la CENI soit transparente dans ses décisions et qu’elle agisse dans l’intérêt supérieur de la démocratie et du peuple togolais.

 

Il est temps que la CENI se concentre sur les véritables enjeux et les problèmes fondamentaux qui nécessitent une attention urgente. Les électeurs togolais méritent un processus électoral transparent, équitable et démocratique, où leurs voix sont entendues et respectées.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page