Politique

Togo/Collaboration avec UNIR : Georges Kuessan tombe le masque

Reconduit sans surprise à la tête de son parti Santé du Peuple, Dr Georges Kuessan a choisi la période de congrès pour faire l’une des annonces les plus surprenantes d’une vie. Il s’agit pour le président réélu de Santé du Peuple de partager le pouvoir avec le régime en place, c’est-à-dire le régime RPT-UNIR. Et la raison qui justifie ou qui soustend un tel choix, paraît encore plus surprenante, voire saugrenue.

 

Nous avons décidé de ce partage du pouvoir parce que ça fait pratiquement 60 ans qu’il y a un seul régime au pouvoir et les richesses de notre pays sont contrôlées par les mêmes personnes qui vont et reviennent ; soit c’est eux, soit leurs enfants, soit leurs petits-enfants. Mais le Togo nous appartient tous. Etant donné que nous avons un seul régime au pouvoir depuis des années et qui ne veut pas céder pour qu’il y ait l’alternance, nous avons pris sur nous de dire qu’à partir d’aujourd’hui, il faut que nous partagions le pouvoir », a déclaré l’opposant Georges Kuessan. A l’annonce d’une telle phrase qui semble être une grosse boutade reprise par plusieurs médias, l’on se croirait dans les pages de « La Gouvernance concertée » de Edgar Okiki Zinsou.

 

C’est en fait un ouvrage, mieux une comédie en trois actes du romancier et poète béninois qui publie un peu plus tôt, ce qui est son premier roman intitulé : « Le discours d’un affamé » ; un roman qui plonge ses lecteurs dans les profondeurs abyssales d’une idéologie qui ternie l’image de l’humanité. En vérité, au Togo et sans nul doute dans beaucoup de pays du continent, « la politique du ventre » pour reprendre les termes d’un internaute, est devenue presque la norme au point que tout quidam aperçu, perché là-haut, accroché à une branche de l’opposition, se fait l’important, demandant à ce qu’il soit aussi considéré, reçu et admis à la cour des grands de la République, fusse-t-elle une République bananière ou non. Sinon, dans la réalité, l’aigle attend toujours chanter les petits oiseaux, mais ne s’inquiète guère de ce qu’il chante. Si cela peut assouvir leur fantasme, tant mieux ! L’aigle, quant à lui, reste serein. Dans les faits, Santé du Peuple qui se veut un parti de l’opposition à moins qu’il ne soit sincère envers les Togolais, et qui demande un partage du pouvoir avec un régime rejeté par une majeure partie des Togolais, quelle crédibilité peut-on encore accorder ─ si bien sûr il en existait ─ à un tel parti de l’opposition qui évoque comme raison de son choix, le seul fait que les richesses du pays sont contrôlées par les mêmes personnes qui vont et reviennent ; soit c’est eux, soit leurs enfants et/ou petits-enfants et par conséquent, il faut partager le pouvoir afin que d’autres personnes, soit c’est eux, soit leurs enfants et/ou petits enfants contrôlent aussi les richesses du pays. C’est la meilleure déduction possible qu’on puisse faire de cette réflexion du pharmacien Kuessan. Puisque d’autres sont depuis longtemps, pratiquement 60 ans, à la mangeoire, alors partageons le pouvoir afin que nous puissions y être aussi. Triste sort d’un peuple en lutte pour l’alternance politique, le changement démocratique et l’instauration d’un Etat de droit ! Malheureusement, dans plusieurs pays du monde, beaucoup d’aventuriers posent valise en politique dans le seul but de se faire une place au soleil. Et puisque le Togo fait partie du monde, ces aventuriers s’y trouvent également, et abondamment. Heureusement que le Togolais sait discerner le bon des bonbons, et le vrai de l’ivraie. C’est suffisant !

 

Source : La Manchette

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page