Politique

Togo : la liberté de réunion toujours bafouée par la soldatesque de Faure Gnassingbé

 

Le vendredi passé , des responsables de partis d’opposition et d’organisations de la société civile avaient prévu de se réunir au Centre Christ Rédempteur, également connu sous le nom de Brotherhomé, afin de discuter des moyens de mobiliser à nouveau le peuple autour des enjeux politiques. Malheureusement, la réunion n’a pu avoir lieu car elle a été dispersée par les forces de l’ordre.

L’objectif de cette rencontre était de discuter de la situation sociopolitique actuelle et de réfléchir à des stratégies visant à réengager les populations. Parmi les participants figuraient Me Dodji Apevon des Forces démocratiques pour la République (FDR), Antoine Folly de l’Union des démocrates socialistes (UDS) Togo, Dr Georges Kuessan de Santé du Peuple, Pr David Dosseh du Front citoyen Togo Debout (FCTD), Thomas Koumou de la Coalition Lidaw, et bien d’autres.

Au moment convenu, les participants ont commencé à s’installer. Cependant, peu avant le début officiel de la réunion, vers 10 heures, un premier contingent des forces de l’ordre est intervenu pour, semble-t-il, s’informer de la situation. Quelques instants plus tard, un autre groupe est arrivé à bord de deux véhicules.

Après quelques échanges avec les organisateurs, le chef des forces de l’ordre a accordé une vingtaine de minutes aux participants pour se disperser, faute de quoi ils seraient évacués de force, au motif que la réunion était interdite. Aucun document justificatif n’a été présenté aux organisateurs, ni aucune raison valable n’a été avancée. Par conséquent, la réunion a été prématurément interrompue et les participants se sont dispersés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page