Actualités

Togo/BAC1: décès tragique d’un jeune enseignant

 

Une tragédie a frappé la communauté éducative au Togo avec le décès d’un jeune enseignant nommé THEOU Assenam . Selon les informations disponibles, il avait assuré la surveillance d’une épreuve du Baccalauréat Première Partie (BAC 1), ce  30 mai, avant de rentrer chez lui à midi. C’est là, dans le sanctuaire de son foyer, qu’il a été victime d’une crise qui lui a été fatale. THEOU était enseignant d’Eco Orga  à IFTT-KARA. L’information a été donné par Innocent Le Bon, journaliste et enseignant.

 

Au Togo, la période des examens et des concours pour l’année académique 2022-2023 est officiellement lancée. L’examen national du Baccalauréat Première Partie (BAC 1 ou Probatoire) a débuté officiellement le mardi 30 mai sur l’ensemble du territoire. Un total de 75 380 candidats, dont 34 625 filles, sont en lice pour valider leur admission en classe de Terminale. Comme le veut la tradition, les officiels tels que les préfets, les maires et les élus locaux, ainsi que les principales autorités du secteur de l’éducation, ont effectué des visites dans les centres d’écrits de leurs circonscriptions respectives pour s’assurer du bon déroulement des activités et encourager les élèves. Les épreuves se poursuivront jusqu’au 2 juin prochain.

La nouvelle de la disparition tragique de l’enseignant THEOU Assenam a suscité une profonde tristesse et une vive émotion au sein de la communauté éducative du pays. Les collègues de THEOU, ainsi que les élèves qu’il a côtoyés, pleurent la perte d’un éducateur dévoué et passionné, dont la vie a été interrompue de façon soudaine et prématurée. En cette période où les étudiants se préparent avec ardeur pour leurs examens, ce triste événement rappelle la fragilité de l’existence humaine et l’importance de prendre soin de sa santé mentale et physique.

En cette période de deuil, il est essentiel de rappeler l’importance de la santé et du bien-être de nos enseignants, qui jouent un rôle fondamental dans la formation et le développement des jeunes générations. Nous espérons que cette tragédie incitera les autorités compétentes à accorder une attention accrue à la santé mentale et physique des enseignants, et à mettre en place des politiques et des programmes de soutien adaptés.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page