Actualités

Togo: deux agents de la DSR tués en pleine circulation

 

Les agents de la Direction de la Sécurité Routière (DSR) sont largement présents sur les principales artères de la ville de Lomé ainsi que sur les routes périphériques. Seulement , récemment, deux agents de ce détachement ont tragiquement perdu la vie lorsqu’ils ont été heurtés par un chauffeur sur la « nationale N°2 » pendant l’exercice de leurs fonctions de contrôle des véhicules.

À Lomé, les contrôles des véhicules et des conducteurs se multiplient, avec de nombreux points d’inspection investis par les agents de la DSR, aisément reconnaissables à leurs uniformes militaires et gilets réfléchissants. Certains de ces points sont devenus des lieux de rassemblement permanents pour ces agents, tels que le Boulevard du 13 janvier en face de la pharmacie du 3ème arrondissement, le Boulevard de l’Oti, la sortie de Lomé – Djablé après le pont, la sortie de Lomé – Kpogan en face de l’hôtel Novela Star, etc.

C’est précisément à ce dernier point, sur la nationale N°2 en face de l’hôtel Novela Star, que s’est déroulé le drame la semaine dernière. Alors qu’ils tentaient d’arrêter un véhicule, deux agents de la DSR ont été percutés par celui-ci. Malheureusement, l’un des agents, une femme selon les informations recueillies, est décédé sur le coup. Le deuxième agent a perdu la vie ultérieurement après avoir été transporté à l’hôpital.

Cette tragédie met en lumière la problématique d’un contrôle excessif et répétitif exercé par les agents de la DSR sur les routes togolaises, parfois au détriment de leur propre sécurité. Il leur est souvent reproché d’obliger brusquement plusieurs véhicules à se rabattre en même temps, ce qui entraîne des embouteillages aux abords de leurs points de contrôle.

Il est urgent de revoir les techniques utilisées par ces agents pour faire se ranger les véhicules sur le bas-côté de la route. Il en va avant tout de leur propre sécurité, car aucune mesure ne peut être plus précieuse que la vie humaine.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page