Sports

Sanctions CNO-Togo:  comprendre la décision de Mme Lidi Bessi Kama

 

 

Affaire de levée de sanctions du Cno-Togo: les acteurs invités à privilégier l’intérêt supérieur du sport togolais

Un bras de fer oppose depuis quelques jours le Comité National Olympique (CNO-Togo) et le ministère des Sports et des Loisirs (MSL) concernant une décision de levée de sanction prise par le ministère. En effet, le CNO-TOGO avait pris des sanctions disciplinaires contre 4 acteurs du mouvement national sportif. Le MSL, dans sa rôle de préservation de l’unité, de l’équité, de la sérénité et la cohésion au sein du mouvement national sportif, a pris des une décision pour lever ces sanctions qui pèsent sur ces acteurs. Ce qui n’à pas du tout été du goût des responsables du CNO-Togo qui trouvent en cela une intrusion du ministre dans les affaires du CNO-Togo.

Un bras de fer qui tend à prendre une autre allure entre le CNO-TOGO et le MSL. Les acteurs sont invités à se dépasser  et à chercher l’intérêt général u sport Togolais.

 

Comme le souligne un cadre qui fait ses preuves dans le sport et l’olympisme au Togo, le Ministère des sports et des loisirs (MSL) n’est pas en compétition avec le CNO-TOGO et le CNO-TOGO ne peut pas se substituer au Ministère, ni à l’Etat togolais.

« Le sport togolais a trop souffert de conflits personnels nourris par des intérêts personnels. Il faut passer à autre chose et reconstruire dignement le sport togolais. Telle est la mission du gouvernement, telle est la vision du Chef de l’état », a-t-il souligné.

 

En effet, l’un des rôles régaliens du MSL est d’assurer le contrôle du mouvement et de préserver l’équité, l’unité, la cohésion et la sérénité au sein du mouvement sportif national. C’est dans ce sens que cette décision a été prise par le ministre.

 

 

Aussi, à chacune de ses prises de parole, le ministre des sports et des loisirs n’a jamais cessé d’engager les acteurs du mouvement sportif national à travailler dans un esprit d’inclusion et de participation de tous, dans le but de renforcer la cohésion et l’unité autour de l’intérêt supérieur du sport togolais.

 

En ce qui concerne particulièrement le CNO-TOGO, souligne un autre acteur, il devrait, dans la limite de ses prérogatives qui restent exclusivement cloisonnées dans la promotion de l’olympisme, oeuvrer dans un esprit inclusif et participatif à l’émergence d’un véritable olympisme au Togo.

 

« Le CNO-TOGO n’est pas la faîtière des fédérations nationales sportives dans leurs activités ordinaires. En réalité, les fédérations sportives sont délégataires du pouvoir de l’Etat et travaillent de façon concertée avec le MSL», précise ce second acteur.

 

L’on comprend dès lors que le MSL ne saurait tolérer l’usage d’un pouvoir quelconque de certaines personnes pour se régler des comptes personnels.

 

Il faut rappeler que le Togo a adhéré au CIO en 1965. Les hommes qui se sont succédé à sa tête ont toujours travaillé en bonne synergie avec le ministère chargé du sport pour le bien de tous.

Tous les fils et filles du Togo devaient préserver ce bel héritage qui sera transmis aux générations futures. Les hommes passent et les institutions restent.

 

Selon un cadre, Le CNO-TOGO ne saurait être géré comme une entreprise privée ou comme un club d’amis. « C’est un bien Commun. Apprenons à faire la part des choses », a-t-il poursuivi.

 

Que tous les acteurs mettent l’intérêt supérieur du sport togolais en avant et travaillent ensemble pour faire rayonner le Togo dans le concert des grandes nations sportives.

 

Avec togoactualite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page