Actualités

Sextoys : un tabou, pourtant très prisé dans la société togolaise 

Jouir dans forcément faire l’amour avec son ou sa partenaire, c’est une pratique aussi vielle que la société.  Mais depuis quelques années, la technologie a,  avec perfection facilité la chose.

Ils s’invitent parfois  dans les familles, réunissent des couples le plus souvent jeunes ou encore des concubines. Eux, ce sont des jouets érotiques communément appelé « les sextoys ». Mal aimé de la libération sexuelle, l’appareil génital aussi bien féminin que  masculin est désormais redéfini. Plaisir ou nécessité, les avis sont divergents sur l’utilisation de ces appareils aux multiples fonctionnalités  dans la société.

A la question de savoir de à t – ont vraiment besoin de ces jouets sexuels pour jouir et avoir du plaisir ? Jean,   35ans, répond sans ambages.   » Moi j’ai toujours été fans des sextoys et j’ai mes raisons. Il y a de cela un an j’étais hors du pays, compte tenu de la distance entre ma partenaire et moi on s’est convenu sur l’utilisation des sextoys, chacun de son côté, mais nos désirs sexuels était comblé et cela c’est grâce à ces gadgets  »

 

« Dépanneurs privilégiés  » et sources de plaisirs à en croire  Jean,  ces jouets sexuels sont en vrai des objets en silicone  existant en plusieurs motifs, on peut citer le vibromasseur, le dildo, le stimulateurs, le rabbit et le plug anneau, entre autres. Tout un lot d’objet, qui permet de découvrir son fantasme. D’aucun ont tendance à parler de masturbation lorsqu’on fait usage de ces jouets mais attention l’usage n’est pas obligatoire. Seule ou à plusieurs, ces jouets intimes aident à apprivoiser son corps pour une meilleure satisfaction sexuelle.

 

« Les sextoys aujourd’hui permettent des libertés que les rapports interpersonnels n’offrent pas, à deux on peut aussi  affranchi la quête de la performance pure et dure ! », s’exclame Anie 28ans.

 

 

Enquiquinant que cela puisse paraître,  nous sommes face à une réalité intrigante où l’homme pourrait avoir besoin d’autre chose que de simple mouvement de va et vient pour jouir. Cela suscite des inquiétudes et interrogations sur la pratique sexuelle. À la question de savoir si l’on a vraiment besoin de s’accoupler pour avoir  le plaisir sexuel?  <<C’est à l’œuvre qu’on reconnait l’artisan. Dit le dicton >>

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page