Economie

Gazoduc Nigeria-Maroc : Une étape décisive Franchie

Le gazoduc en construction et qui doit relier l’Afrique à l’Europe a franchi une nouvelle étape mercredi 1er juin. Le Nigeria a en effet donné le feu vert à sa compagnie pétrolière publique NNPC. Elle va signer un protocole d’accord avec la Cedeao dans le cadre du projet de construction du gazoduc avec le Maroc. Une décision importante qui intervient alors que l’approvisionnement de l’Europe en gaz africain gagne en importance.

La Banque islamique de développement (BID) a apporté son soutien à deux nouveaux contrats autour de ce projet. L’institution, dont le siège est en Arabie saoudite, avait déjà engagé 15,5 millions de dollars pour des études de conception technique préliminaires, à la mi-2021. Le Nigeria et le Maroc ont signé une joint-venture en 2016 pour la construction d’un gazoduc qui acheminera le gaz à travers quinze pays d’Afrique de l’Ouest et, via le Maroc, vers l’Espagne et l’Europe.

À la recherche des investisseurs

« Nous en sommes encore au stade de la conception technique préliminaire », a déclaré le ministre nigérian du Pétrole, Timipre Sylva. Le coût et le financement du gazoduc seront déterminés ensuite. L’année dernière, le Nigeria et le Maroc ont déclaré que l’oléoduc aurait une longueur de 5 660 km et que la construction se ferait par étapes, sur vingt-cinq ans.

D’ailleurs, le Nigeria, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dispose d’énormes réserves en gaz, les premières en Afrique et les septièmes au niveau mondial. Présenté comme propice à l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest, le projet viendrait également s’ajouter au réseau de gazoducs existants qui approvisionnent l’Europe via la mer Méditerranée.

Des avantages énorme dans ce projet de gazoduc

Si ce projet se concrétise, beaucoup de pays en sortiront gagnants. Pour le Nigeria, ce gazoduc améliorera considérablement le PIB du pays. Aussi, les pays que traversera le pipeline seront en mesure de produire suffisamment d’électricité pour la consommation intérieure, les activités manufacturières, les activités agricoles, la production agricole. Ceci va créer des offres d’emploi et améliorer les conditions de vie des populations.

Dans un cadre plus global, le projet pourrait accélérer la mise en œuvre de la vision de la route transafricaine de Tanger-Lagos. Il permettra également d’améliorer les possibilités de traiter les causes de la migration irrégulière en provenance des pays d’origine.

Pour le Royaume du Maroc également, les avantages sont nombreux. Le gazoduc aidera le Maroc dans le renforcement et la diversification des choix et des alternatives sur le marché de l’énergie. Il ne fait aucun doute que le projet donnera un solide plan d’affaires en Afrique au Maroc sur les plans économique, politique et développemental. Cela renforcera la position du Royaume du Maroc en tant que pays africain leader dans l’investissement en Afrique.

Akuété Francisco

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page