Politique

UFC: Polémique sur la date de création de l’un des anciens partis politiques du Togo

Le 1er février, les togolais, ont appris avec grand étonnement la commémoration des 30 ans de l’Union des forces de changement (UFC). A cette occasion, les organisateurs dudit évènement, ont orchestré une communication assez suspecte. Le député Séna Alipui, à parler de l’l’Union des Forces pour le Changement (UFC) sans en savoir grand-chose. Séna Alipui vient de se faire reprendre sèchement par les voix les plus autorisées, à parler au nom de ce parti historique, qui traverse des zones de turbulence depuis quelques années.

L’UFC est-elle crée un 1er février 1992 ? Manifestement non. Le Vice-président du parti, l’ancien ministre des affaires étrangères, Elliott Ohin a démenti Séna Alipui. Le militant de l’UFC et troisième vice-président de l’Assemblée nationale, ignorerait la date de création du parti.

La dénégation de la date anniversaire de l’UFC

Dans un communiqué, accompagné de documents authentiques, Elliott Ohin, membre fondateur du parti politique UFC, à clarifier les choses. « Suite à certaines dérives organisationnelles, une confusion sur la date de la création du parti UFC fait polémique. Le Bureau Directeur tient à faire la mise au point suivante. La création d’un parti politique est un acte administratif et juridique soumis à la règlementation en vigueur en la matière.  La charte des partis politiques dispose en son article 16 « le parti politique acquiert la personnalité morale à compter de la date de sa déclaration au ministère de l’intérieur. Toutefois, il ne pourra exercer d’activités publiques qu’à compter de la date de publication  au Journal Officiel ou dans un organe de presse au Togo », révèle le document.

« Aux regards de ce qui précède, l’UFC n’est pas créé le 1er février 1992. C’est le 27 novembre 1993, que s’est tenue à Lomé, comme l’atteste le courrier envoyé au ministre de l’administration territoriale et de la sécurité d’alors feu Bombeyvi Georges Agbodjan, l’Assemblée constitutive de l’UFC. Faisant suite à ce courrier de la déclaration du parti, le ministre va accuser réception et reconnaitre officiellement l’UFC le 03 mars 1994 », précise le communiqué. Et d’ajouter « Le Bureau Directeur, tient à mettre en garde quiconque continuera par alimenter la confusion. Il considérera cet acte comme de la défiance et prendra les mesures idoines ».

Que veut le député Séna Alipui, en inventant une date anniversaire de l’UFC ? « A l’époque où nous on se battait sur les fonts baptismaux du parti, je suis convaincu qu’il était encore au biberon », ironise un membre fondateur de l’Union des Forces du Changement.

Le micmac au sein de l’UFC

Le Bureau directeur de l’UFC ne se serait jamais réuni sur la question. Un cadre du parti a qualifié cette sortie de M. Ohin d’une « initiative personnelle, solitaire, cavalière et frauduleuse ».

De plus, un livre écrit par Gilchrist Olympio, souligne que le parti a été bien créé le 1er février 1992. Cette mise au point rajoute à la polémique au lieu de tenter de l’éteindre ».

En outre, Isaac Tchiakpé, un cadre du parti, a déclaré que l’UFC a vu le jour en février. Selon lui, le parti est une émanation de la fusion de huit partis politiques. Cela s’est passé au cours « d’un grand rassemblement au stade municipal de Lomé, le 1er février 1992 ». D’ailleurs, cette version des faits se retrouve dans l’ouvrage du président national, « Mon combat avec et pour le peuple togolais », à la page 124.

Isaac Tsiakpé affirme : « Il y a une légitimité historique qui justifie de commémorer l’acte posé en février 1992. En effet, des démarches ultérieures ont abouti à la création de l’UFC et elles n’invalident pas ce moment historique dans le contexte des années 1990. Au surplus, il y a une preuve d’autorité : ce que dit Gilchrist Olympio dans son ouvrage ».

Le parti connait une lutte fratricide

Pourquoi Elliott Ohin s’est-il permis de poser cette « initiative personnelle » ? La réponse, il faut la chercher au niveau des relations entre les membres de l’Union des forces de changement. En effet, parmi les cadres du parti à la couleur jaune, on observe une guéguerre depuis quelques années. Bref, la raison, c’est de savoir celui qui va prendre le contrôle du parti.

Ainsi, M. Ohin ambitionne d’en devenir son président national. Cependant, il serait entrain de faire face à d’autres qui ont le même objectif. La hache de guerre aurait été enterrée suite à une réunion organisée au Ghana. Mais ce retour tonitruant d’Elliott Ohin en dit beaucoup sur les relations au sein du parti. Rappelons que depuis l’élection présidentielle de 2020, les partis politiques togolais sont entrés dans un mutisme incompréhensible. Une dispute sur une quelconque date anniversaire, est le benjamin des soucis du peuple togolais en ce moment.

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page